cospirit social media nativescospirit social media natives

Qui sont les Social Media Native ?

Il faut avoir 13 ans pour être inscrit sur les réseaux sociaux, et même 16 ans pour le seul WhatsApp , et pourtant les pré-ados s’y inscrivent en masse. Le mobile a évidemment boosté le phénomène pour ces social native pour qui poster commentaires et vidéos éphémères est un statut normal, une évidence pour communiquer avec ses amis.
C’est ce qui ressort de la troisième édition de #BornSocial, l’étude réalisée par heaven, l’agence de publicité Next Generation, en partenariat avec l’association Génération-Numérique. Objectif : écouter, apprendre, décrypter les usages de ces jeunes socionautes qui ont une approche du web social qui s’émancipe de celle des adultes.

null

null

 

Ils aiment / ils aiment moins

  • Ils aiment les réseaux sociaux et applis qui s’appuient d’abord sur le format visuel (Snapchat, Instagram, TikTok)
  • Ils aiment moins : Les réseaux des adultes. C’est à dire Facebook, dont les seuls avantages à leurs yeux sont les jeux sur Messenger et l’inscription à des sites Facebook Connect. Et Twitter où ils vont uniquement pour suivre les tweets des YouTubers et des célébrités.

 

Réseaux sociaux : de plus en plus tôt !

Les taux d’inscription vont croissant avec l’âge.

  • 54,1% des enfants de sixième (âge moyen 11 ans) sont inscrits sur les réseaux sociaux, contre 45,7% en 2017 (+8,4 points).
  • 71,3% des enfants de cinquième (âge moyen 12 ans) sont inscrits sur les réseaux sociaux contre 62,3% en 2017.
  • 83,5% des enfants de quatrième (âge moyen 13 ans) sont inscrits sur les réseaux sociaux contre 78,9% en 2017.
  • 90,6% des enfants de troisième (âge moyen 14 ans) sont inscrits sur les réseaux sociaux contre 85,4% en 2017.

 

Plus de filles que de garçons !

Cette différence s’estompe légèrement au fil des années collège à mesure que se généralise l’usage des réseaux sociaux mais reste néanmoins une réalité.

  • 58% de filles contre 50% de garçons en sixième
  • 93% de filles contre 88% de garçons en troisième

 

Trois réseaux sociaux sinon rien !

  • 20% des élèves de cinquième sont inscrits à 3 plateformes sociales (hors YouTube)
  • 18% sont inscrits à 2 plateformes sociales
  • 17% sont inscrits à 4 plateformes sociales

 

Et le quarté gagnant est

  • 85,3% des élèves de cinquième inscrits à un réseau social sont sur Snapchat, soit + 8,6 points par rapport à 2017
  • 66,7% sont sur Instagram, soit +2,7 points par rapport à 2017
  • 42,4% sont sur Yik Tok ( ex-Musical.ly), soit +12,6 points par rapport à 2017
  • 29,8% sont sur WhatsApp, soit +4,2 points par rapport à 2017

 

En revanche, les perdants sont :

  • Facebook perd 18,9 points, passant de 47,6% d’utilisateurs en classe de cinquième en 2017 à 28,7% en 2018
  • Twitter perd 12,8 points, passant de 29,2% d’utilisateurs en classe de cinquième en 2017 à 16,3% en 2018

 

Réseaux sociaux et data, ils en font quoi ?

Je sais qu’ils peuvent :

  • Me géolocaliser : 64,55 % contre 48,81% en 2017
  • Me proposer des publicités ciblées en fonction de ce que je publie : 43,95% contre 32,60% en 2017
  • Utiliser et/ou revendre des contenus que je publie : 34,45% contre 23,43% en 2017
  • Ne rien faire de mes données car elles m’appartiennent 28,25% contre 15,87% en 2017

Source : Génération Numérique, 2018.

2018, année charnière pour les réseaux sociaux
C’est l’année de la RGPD, de Cambridge Analytica, des études sur l’impact des écrans et des réseaux sociaux sur le bien-être. Mais aussi l’année où un certain nombre d’initiatives positives ont été mises en place en direction des plus jeunes. Lesquelles ?

  • L’amélioration de YouTube Kids qui donne un droit de regard aux parents et propose deux versions « younger « et « older » des contenus.
  • Le lancement de Messenger Kids, sans publicité, sans données collectées mais qui est évidemment un moyen d’éduquer les pré-ados à l’environnement Facebook.
  • La gestion du temps passé proposée sur iOS12, ainsi que sur Facebook/Instagram.
  • L’adaptation d’Alexa, l’enceinte connectée Amazon, à un usage par les enfants avec des contenus spécifiques et un contrôle parental de l’usage.
  • La vérification de l’identité par Tencent et Yubo pour limiter les droits d’accès.
  • Le RGPD qui interdit la collecte de données pour les moins de 13 ans, et ainsi le profiling ou le retargeting.
La Rédaction CoSpirit

À propos de

CoSpirit MediaTrack, un groupe de conseil opérationnel en marketing et media, expert…