CoSpirit_David Labrosse HellocasaCoSpirit_David Labrosse Hellocasa

La communication locale, un booster de notoriété

La plateforme de travaux en ligne qui fêtera son quatrième anniversaire cette année passe la vitesse supérieure pour faire connaître sa marque. Son directeur marketing David Labrosse nous explique comment un pure player digital comme Hellocasa aborde la communication locale pour ancrer son activité au sein des territoires.

Quiconque surfe sur internet à la recherche d’opérateurs de travaux à domicile constate vite que cette activité fourmille d’acteurs en tous genres. Comment faites-vous la différence ?

Le marché fourmille effectivement de plateformes de travaux en ligne. Il y a à la fois des acteurs bien installés et de nouveaux sites qui se créent sans cesse. Mais on commence également à constater des disparitions, car c’est un marché compliqué. Il faut, en effet, pouvoir accompagner le client à toutes les étapes, du début à l’achèvement des travaux. Or la seule évolution digitale dans le secteur des travaux se limite pour beaucoup à la simple mise en relation avec des professionnels qui établissent des devis, en se déchargeant de tout suivi et de toute responsabilité. La spécificité d’Hellocasa est d’avoir négocié un premier virage pour faire évoluer ses services et gérer toute la chaine de valeur. Aujourd’hui notre plateforme fonctionne comme un chef d’orchestre. Elle maîtrise et coordonne toutes les étapes de la réalisation des travaux : conseils, devis, prise de métrés, achat des matériaux et sélection du professionnel au sein de son propre réseau national. Durant la prestation, Hellocasa assure le suivi régulier, la gestion des imprévus et reste responsable de la totale satisfaction du client jusqu’à la livraison du chantier.

De quand date ce virage ?

Fin 2016-début 2017. Jusque-là, l’essentiel du trafic de notre site venait des partenariats avec les enseignes. Darty a été le premier à confier ses clients à Hellocasa pour l’installation de ses produits et tous les travaux de la maison. Il a été rejoint par BHV Marais, Bricorama, Cdiscount et Ikea. Très vite, leurs clients sont également venus en direct et le bouche à oreille a fait le reste. Nous avons alors décidé d’aller au-delà des petits travaux de bricolage pour proposer une offre clé en main de rénovation de pièces entières, en commençant par la salle de bain. Et de le faire savoir en installant un territoire de marque.

Quelle stratégie de communication avez-vous adopté ?

Jusqu’alors notre marque n’existait qu’à travers les partenariats avec les enseignes. Investir en communication ou sur la lisibilité du site dans les moteurs de recherche ne constituait pas une priorité. Il en va différemment depuis le lancement des nouveaux services.

Pour partir à la conquête de nouveaux clients, Hellocasa doit se développer en local car les problématiques de notre activité de prestation de service sont dans la proximité. Nous ciblons un public large de gens qui préfèrent faire faire leurs travaux plutôt que de les faire eux-mêmes.

CoSpirit nous a conseillé le mobilier urbain, un media local qui parle à tout le monde. Nous avons communiqué en abribus et 8m2 en deux vagues de deux semaines chacune, à Toulouse fin novembre 2017 et à Lyon en janvier dernier. La première campagne toulousaine était sectorielle, centrée sur la nouvelle offre de rénovation de salle de bain. L’affiche montrait une vieille salle de bain un peu crasseuse, avec l’accroche était « vous ne pouvez plus voir votre salle de bain en peinture, contactez-nous ». Mais en travaillant en direct avec les clients, nous avons été frappés par leur besoin de réassurance et de sérénité sur le déroulement des travaux et le suivi du chantier. C’est pourquoi nous avons complètement changé notre approche à Lyon en apposant un aplat de couleur avec la mention « Engagement N°1, vos travaux satisfait ou refait ».

Pourquoi avoir choisi ces deux villes ?

Parce que nous y avons ouvert un bureau.
A date, Hellocasa propose ses services dans 15 villes et dispose de trois bureaux, à Paris depuis la création, à Toulouse depuis un an et Lyon depuis ce mois de février. C’est en cela que la communication locale est aussi une évidence pour nous. Car l’objectif est de développer la notoriété de la marque Hellocasa auprès du grand public, mais aussi auprès des professionnels des différents corps de métier du bâtiment, et auprès des partenaires distributeurs. Nous organisons des ateliers en région pour recruter des pros et leur expliquer le fonctionnement de la plateforme. Le réseau compte actuellement 1000 pros, essentiellement des petites structures indépendantes. Nous effectuons également des présentations dans les magasins partenaires pour échanger avec les vendeurs. Ces animations étaient jusqu’à lors limitées à l’Ile de France, mais notre déploiement régional va nous permettre d’étendre notre champ d’action. Hellocasa fonctionne en dématérialisé mais a besoin d’exister en chair et en os.

Hellocasa fonctionne en dématérialisé mais a besoin d’exister en chair et en os.

En tant que pure player, on imagine que vous communiquez aussi en digital ?

Oui mais là aussi dans une logique multilocale, via des bannières sur les sites d’Orange, Auféminin, Marmiton, splittée sur chacune des villes.

Et nous allons continuer dans cette logique de communication multilocale on et off au moins jusqu’à ce que nous ayons une présence physique dans les 15 villes dans lesquelles nous opérons. Avec un message central : mettre le client au centre de l’expérience.

La Rédaction CoSpirit

À propos de

CoSpirit MediaTrack, un groupe de conseil opérationnel en marketing et media, expert…