communication-locale-des-collectivites-cospiritcommunication-locale-des-collectivites-cospirit

[Infographie] La communication locale des collectivités

La communication locale des collectivités s’adresse à l’ensemble de la population d’un territoire et accompagne l’évolution du rapport des citoyens avec les institutions. Une communication nécessaire à tous les citoyens, avec pour objectifs de les informer sur les services publics, d’animer la vie démocratique, de soutenir les initiatives locales, de valoriser le territoire, mais également de faire évoluer les comportements. Zoom sur les chiffres les plus significatifs.

Card

La représentation de la communication locale en France

En France en 2015, 25 000 professionnels sont dédiés à la communication locale des structures institutionnelles. Des métiers variés qui répondent aux besoins des collectivités : directeur de la communication, chargés de communication, rédacteurs en chef, responsables des relations publiques et du protocole…

Au sein même des collectivités, ce sont 10 000 agents territoriaux (titulaires ou contractuels) qui occupent une véritable fonction de communication et qui assurent une mission de service public, en direction des citoyens.

Les services Communication des collectivités

Les équipes communication des collectivités locales restent relativement modestes. A ce jour, 40 % des services de communication ne comptent pas plus de 3 personnes. En moyenne, les conseils régionaux et départementaux comptent 17 personnes, les communes 8 personnes et les communautés d’agglomération 7 personnes dédiées à la communication.

Les supports de communication des collectivités

Les préférences des citoyens pour s’informer

Le magazine papier reste le premier support vers lequel les citoyens se dirigent. 84 % des personnes se tournent automatiquement vers lui pour s’informer de la vie locale et 83 % souhaitent encore le recevoir dans leur boite aux lettres, un canal privilégié pour la diffusion de la presse territoriale. Internet quant à lui, commence à trouver sa place avec 62 % des citoyens qui l’utilisent comme principale source d’information, via leur ordinateur, smartphone ou tablette.

Face à cela, les échanges directs avec les élus locaux sont en très nette baisse, les citoyens privilégiant les médias.

Des habitudes qui varient en fonction des profils

Les manières de consommer l’information ne sont pas les mêmes en fonction des générations. Les plus jeunes préfèrent internet et sont sensibles à l’affichage, alors que les plus âgés se tournent plus facilement vers les journaux papiers et sont adeptes des réunions publiques. Il y a bien une obligation pour les communicants à savoir combiner une diversité croissante d’outils pour s’adapter à tous les citoyens.

En se penchant plus particulièrement sur les zones géographiques, on remarque quelques différences entre les villes et les campagnes. Radio, télévision et presse restent les médias privilégiés des urbains, tandis que les ruraux préfèrent le bouche à oreille et les échanges entre citoyens.

La qualité des informations des collectivités

Des progrès à faire concernant les actions politiques

71 % des citoyens estiment recevoir une information suffisante concernant les associations, la vie culturelle et sportive, alors qu’ils sont 49 % à se dire mal informés sur la vie politique, les actions des élus et les débats.

 

Sources :

Baromètre Communication locale 2013 Harris Interactive Epiceum
Réseau de la communication publique et territoriale Cap’Com – Communication publique
Enquête Métiers Cap’Com – Occurence 2011

 

Avec la participation de Bérangère Mazuy

Crédit photo : CoSpirit

Bérangère MAZUY

À propos de

DIRECTRICE DÉVELOPPEMENT DES MARCHÉS INSTITUTIONNELS Bérangère permet le développement de l'offre du groupe en restant vigilante aux appels d'offre. Elle assure également la direction commerciale sur les Collectivités territoriales et marchés publics.